D’autres acceptions du mot sont possibles : lorsque l’on dit d’une personne qu’elle a « de » l’autorité, cela signifie qu’elle a une aptitude à commander (ou à imposer son point de vue ou à se faire respecter), une propension à commander. Dans ce sens, l’individu qui aurait beaucoup ou trop d’autorité serait qualifiée d’autoritaire. En revanche, si l’on se réfère à la définition mise en exergue, on dira qu’elle a l’autorité ( le « de » étant à proscrire dans ce type de proposition) ou si l’on veut, qu’elle est autorisée à agir, à exercer sa puissance.

On remarquera à quel point les mots autorité, puissance, institution et fonctions sont intimement liés. (WIKIPEDIA.ORG)

2. Pouvoir de se faire obéir.• Gouvernement.• Administration publique.• Vigueur, influence, crédit.• Faire autorité: faire loi.• D'autorité: de son propre chef.• au pluriel: Représentants du pouvoir. (MEDIADICO)

3. Modalité du pouvoir d'influence fondée sur le statut, la compétence ou le charisme de celui qui l'exerce. L'autorité est différente de l'autoritarisme. Ce dernier terme renvoie à un abus, un excès de l'autorité.
Kojève disait: «quand la force l'emporte, l'autorité n'est plus».

Généralement, un individu a de l'autorité sur un groupe ou sur une communauté dans la mesure où il est reconnu comme un leader: l'autorité d'un chef de parti, l'autorité d'un dirigeant, par extension l'autorité d'une institution. (WORLD PERSPECTIVE MONDE)

4. L’autorité est le pouvoir d’obtenir, sans recours à la contrainte physique, un certain comportement de la part de ceux qui lui sont soumis. En excluant l’intervention de la force, cette définition fait ressortir le caractère psychique qui s’attache au phénomène d’autorité. Elle souligne également le fait qu’il s’analyse nécessairement dans un rapport entre la source de l’autorité et le sujet dont elle influence la conduite. C’est dire que l’assise psychique de l’autorité ne peut être découverte par la seule analyse des psychologies individuelles. Elle se situe dans une relation entre le commandement et l’obéissance, ce qui permet de considérer l’autorité comme un phénomène social.(ENCYCLOPEDIE UNIVERSALIS)

5. Quelques citations:

Le fondement de toute autorité est dans l'avantage de celui qui obéit. Napoléon BONAPARTE
(Ainsi parle le chef. Paris, Balland, 1983, p. 44)

Se montrer autoritaire reste le moyen le plus sûr de perdre toute autorité. Robert SABATIER
(Le livre de la déraison souriante. Paris, Albin Michel, 1991, p. 89)